L'actu éco-sociale

Machiniste-receveur, le salaire de la peur ?


©Antonio Autenzio ©Antonio Autenzio

Cet été, la direction a poussé des machinistes à conduire 9 heures ou plus pour assurer des services de remplacement.

S’ils sont incontournables suite à des travaux au métro et au RER – et demeurent « encore » dans le giron du service public –, ils ne doivent pas être effectués à n’importe quel prix. « Or, souligne-t-on au CDEP BUS, aucun texte ne justifie ces écarts d’horaires avec les 7 heures réglementaires. Pire : la direction s’appuie sur une note de service… qui a été abrogée par le Conseil d’État en 2006 ! » Les élus déplorent « les dangereuses dérives » du département en matière d’organisation du travail. Pour cause de productivité accrue, la RATP fait donc travailler les agents en temps supplémentaire, faute de machinistes en nombre suffisant.


 
 

Vous avez un scoop ?

Vous avez été témoins d'un événement ? Vous souhaitez partager vos infos ? Ecrivez-nous !

Nous écrire